Pascal DAGANY, entraîneur de la CFA2 de l’Etoile Sportive PAULHAN-PEZENAS, est l’invité de l’agence de presse de l’ESPP

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pascal DAGANY, entraîneur de la CFA2 de l’Etoile Sportive PAULHAN-PEZENAS, est l’invité de l’agence de presse de l’ESPP. Il aborde le derby du week-end dernier face à la réserve du MHSC et nous livre son analyse du match et de l’équipe…

Après le match nul obtenu sur le terrain du MHSC ce week-end 2 à 2 dans le cadre de la 8ème journée du championnat CFA 2 Groupe C, Pascal DAGANY ne résume pas cette performance à la rencontre du jour. L’entraîneur souligne la force collective qui se dégage de son groupe depuis le début de la saison.

Coach, quelle analyse tirez-vous au lendemain de ce derby passionnant entre votre équipe et celle de la réserve professionnelle du MHSC ?

Nous avons livré une très belle prestation face à un adversaire mâture. Il y avait bon nombre de joueurs du groupe professionnel. Nous avons su mettre beaucoup de rythme et nous créer plusieurs opportunités. Nous avons également su varier notre jeu offensif.

L’équipe a débuté la rencontre quelque peu crispée par l’opposition proposée et la pression accumulée durant la semaine comme dans tout derby. Paradoxalement, le fait d’avoir encaisser ce premier but nous a délivré et nous avons commencé à déployer notre jeu habituel avec aisance et maîtrise technique. Il faut saluer les ressources mentales de ce groupe qui s’est montré capable de revenir alors qu’il était deux fois mené au score.

Les joueurs ont même eu l’opportunité de faire le break dans les dernières minutes et il aura fallu tout le talent du portier local, Jonathan LIGALI pour ne pas encaisser un troisième but synonyme de victoire pour l’ESPP.

Je pense que ce match nul reflète bien la physionomie du match et que les acteurs présents ont livré une prestation de haut vol qui a enchanté les spectateurs présents qui s’étaient déplacés en masse et que je tiens à remercier. C’était une belle journée de football et de partage avec un accueil à la mesure du professionnalisme du MHSC et c’est à souligner.

Avez-vous le sentiment que votre invincibilité peut encore se poursuivre longtemps ?

Ce n’est pas le plus important aujourd’hui. Mon travail quotidien consiste à préserver mon groupe des propos élogieux, des flatteries dithyrambiques consécutives à l’accumulation de leurs performances. Il est capital que nous restions humbles, concernés et en perpétuelle remise en question. Notre élimination prématurée en Coupe de France demeure un excellent moyen de le leur rappeler.

Nous ne poursuivrons notre marche en avant qu’en accumulant les séances de travail et en conservant notre état d’esprit issu de partage et de plaisir de jeu.

L’absence prolongée pour cause de blessure de votre buteur, Saïd HABOUCH, par ailleurs en tête du classement des buteurs de votre groupe n’est-elle pas un handicap ?

Bien sûr, l’absence de Saïd nous est préjudiciable par son profil de puissance qui pèse sur les défenses et permet différentes organisations tactiques mais il est absent depuis deux matchs et la force de cette équipe est de parvenir à composer avec les absences en palliant les manques par une faculté d’adaptation à toute épreuve. Tous les joueurs sont à saluer.

L’on dit d’un grand joueur qu’il est présent dans les grands rendez-vous, comment jugez-vous la prestation de Stephane LALAOUI ?

Vous savez, je n’ai pas pour habitude de mettre en valeur une performance individuelle. Ce qui fait la force du football c’est son collectif avant tout. Stéphane LALAOUI est un excellent joueur et j’ai bâti mon organisation autour de lui. Il faut accepter son déchet lié à son jeu en première intention mais ses enchaînements sont la marque des grands, il est capable de déstabiliser l’adversaire et je compose avec.

Hier, je lui ai chuchoté au creux de l’oreille qu’il avait rendu l’une de ses meilleures copies depuis quatre ans.

Pascal DAGANY, quel est votre secret pour parvenir à transcender votre groupe depuis deux saisons ?

Mon secret ??????…. je vous le délivrerai en fin de carrière (rires…)

Non, plus sérieusement je demeure persuadé que les bases du succès résident dans une méthode, des principes de préparation, une bonne dose d’optimisme et surtout transmettre ces valeurs clés que sont le partage, le plaisir du jeu qui doivent rythmer la compétition. Ce projet semblait irréalisable à la majorité des personnes et cependant grâce à la pugnacité, à la volonté, à l’implication d’une poignée d’individus nous sommes parvenus à créer un Club doté d’une identité de terroir, qui ne vit pas dans l’opulence mais qui se nourrit de toutes ces richesses humaines que sont le partage, le désir permanent de se transcender pour atteindre ce qui semblait impossible.

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

Evoluer le plus longtemps à ce niveau de performance tout en communiquant ce plaisir du jeu et cette volonté de partage. J’espère que notre étoile brillera encore longtemps au-dessus du paysage de l’élite du football amateur français.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »